Comment rendre cauchemardesque le Noël de votre enfant autiste.

Valérie-Jessica L'enfance, Les changements Laissez un commentaire

AVERTISSEMENT à mes lecteurs autistes. Ce texte contient une quantité énorme de DEUXIÈME DEGRÉ.

Vous aimez ça vous donner du trouble et rendre compliqué votre événement des fêtes, cet article est pour vous. Faisons de Noël un beau désastre.

C’est important que votre jeune soit le plus beau possible.

Il doit vous faire honneur, c’est la priorité. Il faut montrer à toute la famille comment vous habillez bien vos enfants. Bon, c’est un peu moins confortable, mais il faut qu’il apprenne à supporter les vêtements chics le plus tôt possible. Ce n’est pas un peu de dentelle qui brûle ou une cravate qui étouffe qui va le blesser. Ce qui ne tue pas rend plus fort. Et s’il mentionne que ça l’attaque ou qu’il souffre, c’est une bonne occasion pour qu’il apprenne à gérer son agressivité. La finition est à ne pas négliger. Une coiffure parfaite qui reste en place à l’aide d’un fixatif odorant est essentielle. Et si vous voulez être certain que ça ne bouge pas de la soirée, n’oubliez pas de tirer bien fort les cheveux avant de les attacher, ce sera plus stable. Comme ça, peut-être que l’enfant fera une crise à la maison et sera trop épuisé pour en faire une deuxième une fois arrivé chez vos hôtes.

C’est l’occasion de découvrir de nouveaux plats.

N’amenez pas de collation que votre enfant aime et ne participez pas au repas en préparant des plats qu’il connait. Le temps des fêtes est une excellente occasion de lui faire découvrir, chez les autres, exclusivement des aliments qu’il ne connait pas. Si vous lui permettez de manger ses propres choses, il ne sera pas assez affamé pour accepter d’essayer les aliments qui lui font peur ou dont les textures lui sont insupportables. Et s’il ne veut pas se nourrir, tant pis pour lui.

Laissez-le se débrouiller tout seul.

S’il ne sait pas où s’assoir et s’il hésite, planté au milieu du corridor, inquiet, ne lui suggérez pas de petit coin adéquat. Il risquerait d’être rassuré et de ne plus vouloir en bouger.

Préservez la magie du Père-Noël.

Pour ne pas qu’il se rende compte qui est le Père-Noël, mettez de la musique à tue-tête et sonnez des cloches, il y a moins de chances qu’il reconnaisse sa voix. Parfumez-le d’une odeur assez forte pour qu’elle ne ressemble pas à celle de la personne cachée dessous. Même s’il se met les mains sur les oreilles ou qu’il veut s’en aller, ça vaut la peine, c’est Noël. Il est primordial que pour développer de la reconnaissance, il accepte de s’assoir sur les genoux du personnage. Si l’enfant panique, sachez qu’on n’a pas de cadeau sans effort, il doit le mériter.

Réservez des surprises. On verra rendu là.

C’est une mauvaise habitude qu’à votre enfant de vouloir tout prévoir. Même s’il vous harcèle, vous n’avez pas besoin de lui dire qui sera là cette année et de quelle manière l’activité va se dérouler. Tout le monde aime les surprises, c’est seulement que les personnes autistes ne le savent pas encore qu’elles aiment ça.

On est poli. On fait des câlins.

Si votre enfant a deux bras et deux jambes, il est capable de faire des câlins. On ne veut pas faire de la peine aux membres de la famille, il faut être dans l’esprit des fêtes et donner des bisous à ceux qui en veulent. Apprenez-lui à faire semblant d’aimer ça et à ne pas se raidir ou se dérober. À ceux qui exagèrent en disant que c’est presque une agression de forcer une personne à en coller une autre, dites-leur que si plein de monde le fait c’est forcément correct.

On profite de chaque minute.

C’est juste une fois par année, votre jeune doit profiter de chaque minute pour tisser des liens avec les membres de la famille, c’est pourquoi il est essentiel qu’il ne se sauve pas pour prendre les fameuses pauses qu’il réclame. Surveillez-le bien pour ne pas qu’il fasse semblant d’avoir souvent envie d’aller à la salle de bain, c’est seulement une tactique pour se couper du bruit et des stimuli comme les lumières, les parfums, les conversations et tout le brouhaha.

Bon désastre des fêtes!

P.S. L’an prochain j’essaierai peut-être d’écrire un article plus intelligent. Rire.

Partagez cet article

Aimez la page Facebook pour être informé des nouvelles publications.